Il a réveillé Dior, a mis le feu à la Couture, enrichi LVMH et changé en folie les défilés avant lui traditionnels.

Et puis, le génie a fini par abuser du pouvoir et de l’argent, de la gloire et de la Cour qui marche toujours avec la réussite et les fait parfois trébucher.

Il a implosé, a explosé, s’est suicidé sans en mourir comme son ami Alexander Mc’Queen, autrement qu’avec une balle dans la tête.

Il se retrouve aujourd’hui déshonoré, sali, malade et seul.

C’est difficile de garder son équilibre et sa tête quand la vie vous donne un cadeau empoissonné qui appelle la Gloire…

Il a cru qu’il était inattaquable, qu’il avait le droit de tout dire et de tout faire.

Il a eu tort.  On est toujours responsable de ses faits et gestes, peu importe qui l’on est.

What goes around, comes around. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *