Comment ne pas être interpellée par cet alpiniste des eaux gelées!

Suis toujours béate devant ces défis de mort que représentent les sports extrêmes.  La psycho de base suggère un goût de l’extrême relié à un désir de mort, un suicide programmé.

Se mettre en danger, on le fait tous les jours, pas forcément de cette manière-là.  Je connais des choix amoureux qui sont tout aussi dangereux.  Et qu’on ne peut pas voir parce que ça se passe “au plus profond du fond du plus profond poème” comme le dit la chanson “Même” signée Juster/Marnay!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *