Mante à l’opéra. On croirait une meneuse de revue sur son grand escalier, aérienne, déhanchée, levant très haut les bras pour le salut final. Un incroyable cliché que le photographe, Hasan Baglar, n’en revient pas lui-même d’avoir eu la chance de saisir. Il ne traquait cette Iris oratoria (l’une des 200 espèces de mantes) que dans l’espoir de la voir déchiqueter l’une de ses proies habituelles (criquets ou papillons) lorsqu’elle s’est dressée sur ses pattes postérieures, en lui souriant de toutes ses mandibules, dans une posture évoquant irrésistiblement un «boogie-woogie avant la prière du soir». Ce qui, pour une mante, fût-elle non religieuse, n’est après tout pas si étonnant que ça ! (Baglar/Caters News/SIPA)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *