Je ne sais pas si je lui ai dit que je l’aimais…

Je l’ai connue par Nathalie, mon amie, ma fille, ma soeur, lors du spectacle magnifique:  “Pieds nus, traverser mon coeur”.  Écrit et joué par cette comédienne/musicienne/humoriste/humaniste/metteur en scène/auteur/critique/pamphlétaire et polémiste à ses heures.  Une grande petite bonne femme avec un accent titi parisien du plus bel effet.  Un charme fou, un sourire flanqué d’une fossette magique.  Des yeux pétillants qui voyaient bien au delà des gens et des choses aussi.

Elle s’est beaucoup battue contre cette maudite maladie qui est en train d’avoir raison d’elle.  Elle qui ne baissait jamais les bras et qui montait au créneau pour un tout et un rien.

Gavroche, c’est cela,  Michèle, c’était gavroche avec aussi une part de Voltaire, de Rousseau et quelques autres beaux esprits.  C’était Dac et Devos parfois.  C’était elle 100% la plupart du temps.

Vous ai-je dit qu’elle jouait de l’accordéon et que c’était beau?  Ses compositions.  Oui, c’était beau et touchant.

http://michele-guigon.com/

Allez sur son blog, il va bientôt s’éteindre, hélas.  Vous y retrouverez ses chroniques pour FranceInter.  Toujours formidables.    http://leblogdemicheleguigon.blogspot.ca/

Gardons-là encore un peu avec nous.  Ses chroniques sont là pour ça!

Je lui prends la main, j’ai une lanterne dans l’autre, c’est pour elle, pour la route, on ne sait jamais.  Salut l’Artiste!  Bon Voyage!  Tu nous raconteras hein?  J’ai l’impression qu’on aura moins peur quand notre tour viendra…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *