Il est parti sur la pointe des pieds, comme il a vécu sa vie de champion:  avec grâce et discrétion.

Je l’ai vu jouer souvent, avec papa qui aimait son style de golfeur calme et puissant.  Je l’ai même croisé un jour et lui ai demandé de signer une balle pour mon petit papa cloué dans son fauteuil et qui n’en croyait pas ses yeux.

Adios Champion!  Tu vas faire des birdies au paradis, c’est certain!

He was my dad’s absolute Champion.  He left yesterday after battling cancer.

He was 54. A real gentleman.  Gentle Man.  Sad!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *