Je ne sais pas si vous avez des animaux.  J’ai un chien, hérité d’un chum qui m’en a désigné la garde.  C’était moi ou l’euthanasie.  Devinez ce que j’ai choisi.

Toute ma vie, j’ai eu des chats.  J’aime les chats.  Comme Colette, Annie Duperey, Cocteau, Hemingway,  tant d’écrivains aimés qui ont vécu avec eux et en ont fait des pages sublimes de la littérature contemporaine.  Patsy, Maffie, Djirji, Sophie Barjo et quelques autres ont animé mes années les plus fertiles, spectateurs des moments forts de ma vie et de celle de ma famille.  J’ai pleuré comme une Madeleine lorsqu’ils sont partis.  La dernière, ma barjounette, avait été heureuse au milieu d’un joyeux chaos, entre mes parents, ma cousine, mon auteur de chansons les femmes de ménage, les gardiennes, les amis.  À la mort de mes parents, elle s’est laissé mourir tant elle trouvait le temps long et la maison vide.  On a vite rempli avec Lukas et Léo qui vivent avec Lola pour continuer la tradition de “maison des chats” ou “cat friendly”. Et je “catsit” Oscar chaque fois que la chance m’en est donnée.  Plus on est de fous, plus on s’amuse.

Mais voici que j’ai ce chien – Truffle – et qu’il m’épate.  Précision de limier.  Le réveil est toujours à 6h l’été, 7h à l’heure d’hiver.  Il demande une croquette à 11h l’hiver et à midi l’été.  Son dîner à 5h l’été, 4h l’hiver.  Son bacon à 7h l’été, à 6h l’hiver.  Idem pour les popos et autres nécessités quotidiennes.  Allez savoir.

Ce chien a une iClock de cachée quelque part, c’est certain!

Vous parler de son odorat, c’est vous dire que je pourrais le recycler en chien de douanes.

Et son ouïe?  Endormi à l’étage, il m’entend déballer un morceau de fromage!  Il ne se dérange que pour le fromage!  Et il jappe de différentes manières selon la voiture qui s’engage dans l’entrée, sans la voir!  Il reconnaît les bruits de moteurs!

Et il pleure quand il veut quelque chose et c’est à l’évocation de cette chose qu’il réagit pour que je comprenne.  Sortir? Il fait le salut au soleil du yoga en baîllant.  Manger? Il mâchouille en couinant.  Jouer?  Il ne joue jamais.

Il dort sur le lit, bien sûr.  Et même par temps forts, il tient le cap et reste à bord!  C’est un généreux, il accepte de me partager.  Non sans avoir effectué une petite danse rituelle où il enterre un os imaginaire dans les plis de la couette.

Avec une tête comme ça, comment voulez-vous ne pas sourire et accepter ses caprices?

Même mouillé il est mignon!

Récemment rebaptisé “Ti-Prout” par le nouvel homme dans nos vies, cela ne fait qu’ajouter à son charme.

J’aime maintenant les chiens aussi…  Comme quoi la capacité d’amour est sans limites et les reconversions possibles.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *