“J’ai reconnu le bonheur au bruit qu’il a fait en tombant.”


Il m’appelait Bel Amour.  C’était mon Amour Bleu.

Un cadeau du ciel, un miracle, un feu d’artifice tout bleu, comme ses yeux si pétillants, ses yeux si bleus qui parlaient si bien pour ne dire que de belles et bonnes choses.

On a vécu une année de bonheur ensemble.   Un peu cachés, collés-serrés, émerveillés de ce qui nous arrivait.  Je trouvais ça « intense », moi si solitaire et il souriait quand je disais cela.  Ceux de mes amis qui l’ont rencontré l’ont tous aimé et ont trouvé qu’il était bien et bon pour moi.  Ses vieux copains, sa famille, m’ont aussi adoptée, ce qui est toujours un bon signe aussi.

Il aurait pu écrire le livre de référence sur la manière de traiter les femmes tant il était tout ce qu’on aime: tendre, généreux, plein d’humour et de finesse, attentionné, amoureux de cinéma, de musique, de littérature, d’Art, curieux de tout, cruciverbiste redoutable doté d’une mémoire phénoménale.  Une soie.  Un athlète, un battant, un gagnant.  Au tennis, au golf, au hockey, en vélo, en ski.   Un résilient aussi.  Un personnage de roman lui ai-je dit au début de notre rencontre, passé de la gloire à l’ombre avec grâce et dignité.

Beau?  Très très beau, mais n’en jouant pas.   Sûr de lui, calme, fort.  Un Homme. Un Monsieur.  Un vrai Gentleman.

Il s’est éteint dans la nuit, entouré de son fils, de sa fille, de leur mère, de sa soeur et de moi.  Il a beaucoup lutté, six semaines au fond d’un lit avec des complications, des opérations et des problèmes qui se sont enchaînés et que les médecins n’ont pas pu résoudre.  Une chute, une dégringolade, un cauchemar.  Mais soutenu, accompagné tous les jours par ses enfants sa soeur, moi et ses amis proches, porté, encouragé, aimé jusqu’à son dernier souffle.

Il m’a laissé assez d’amour pour me conduire jusqu’à la fin de mes jours.  Comme s’il avait fait le plein de mon petit moteur de coeur.

Merci, mon Amour Bleu, pour cela et pour tant d’autres choses qui resteront entre toi et moi comme un parfum d’éternité…

Mia

Fudge et Bobinette, Noël 2014.  Photo prise par Florence Giunta, 11 ans.

3 Commentaires

  1. Mia,
    Si tes mots si touchants se rendent jusqu’à son Paradis (ce dont je ne doute pas), il doit pleurer autant que moi en te lisant …et bien plus encore.
    Je t’embrasse aussi fort que je t’aime …

  2. Chère Mia,

    abonnée à votre news, il est rare que je m’exprime

    Quel beau témoignage pour votre Amour Bleu.
    on ressent l’espoir de vivre la vie comme un cadeau ,malgré les difficultés,
    c’est ce que j’appelle savoir profiter des petits boneurs gratuits du quotidien en toutes circonstances

    Que de là haut,cette étoile d’Amour veille sur vous et tous ceux qui l’ont accompagné, désormais il sera pour vous tous , un merveilleux souvenir au plus profond de votre coeur.

    Je vous souhaite de vivre ce deuil, non dans un impossible oubli ,
    mais dans une sérénité retrouvé de paix intérieure

    .Bon courage à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *