J’aime bien les messages codés, les surnoms, les clins d’oeil, les jeux de pieds sous la table, ces petits rituels que seuls les intéressés comprennent. Plaisirs coquins aujourd’hui disparus.

En voici un, lancé comme une bouteille à la mer…

“Quand je ferme les yeux, je te vois

Quand je les ouvre, je te cherche.”

(Luc Plamondon-Nouvelle France)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *