Le genre humain me désole.  Pas vous?

Je lis mes e jounaux ce matin – enfin le temps – et je n’y décèle que de mauvaises nouvelles si je ne file pas à la section Arts directement.

La mer d’Aral a disparu.  Les djihadistes ont décapité un autre otage anglais.  Ils vendent aussi femmes et filles sur les marchés comme objets sexuels à consommer sans modération.  Insupportable.  Et on tape sur la tête d’Israël!  Écoeurantite aigüe.

La France est dans un état de délabrement sans précédent.  Monsieur Sarkozy lève la main pour proposer des solutions et on lui fait comprendre que ça ne va pas être possible, la presse en général s’acharne sur lui.  Évidemment, quand on sait qu’ils ont porté le bon François au pinacle, z’auraient l’air de quoi, hein?  Ils ont comme une petite gêne.  La gauche salvatrice était tellement mieux que la droite, n’est-ce-pas messieurs-dames?  Honteux.

Et durant ce temps, on parle des Fashion weeks dans les grandes capitales.  La Mode est un ersatz comme un autre me direz vous.  On s’étourdit, on danse.  On fait comme si.  Et on récolte des comme ça au final…

Oui, la mer d’Aral, ça me touche parce que c’était une oeuvre divine magnifique, une mer dans un désert, un élément de survie dans l’enfer des sables; comme un miracle.

Alors, je me sauve dans de belles images, je regarde les feuilles tourner au rouge, j’écoute la pluie tomber et je me dis que j’ai beaucoup de chance d’être ici et maintenant, here and now, hic et nunc.

Et j’attends un miracle.

6 Commentaires

  1. Tant de poésie, de vérités et de sensibilité sous ta plume… Plaisir de te lire.
    Merci Mia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *