Partout on s’emmène soi-même.
Alors, partir sans vouloir un ailleurs.
Partir pour se trouver.
Dans le silence, dans l’espace.
Juste au dessus du temps, juste au-delà des peines.
Partir sans oublier.
Pour regarder plus haut, faire semblant de se laisser aller au vent.
Pour inventer le sens du fil qui nous attache.

Philippe Delerm

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *