Un désordre créatif pour une grande Demoiselle qui vit tous les jours chez moi comme chez les millions de femmes qui portent un petit morceau de son élégance.  Elle habitait le Ritz comme d’autres habitent le 16ème.  Elle ne faisait rien comme les autres.  D’où son succès qui rayonne encore aujourd’hui.

François Kollar était un photographe éclectique, au croisement de la tradition du reportage humaniste (La France travaille) et de l’avant-garde des années trente (Le Normandie, photomontages). Un « ouvrier du regard » au service de la mode (Hermès, Balenciaga, Chanel, Lanvin), de la publicité (Gramophone, Ovomaltine) et du portrait dans le cadre de commandes pourHarper’s Bazaar, L’Illustration, Vu, Voilà ou Plaisir de France. (Sovena)

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *